• Votre IRB, comparez-vous!
  • Sondage, 500$ à gagner!
  • IRB au travail, employés heureux?
Conférences de Pierre Côté
Le Bonheur mis a nu

La théorie des 5R du bonheur au travail de l’IRB!

Cette enquête de l’IRB confirme, une fois de plus, la pertinence de cette théorie et l’importance de cinq facteurs déterminants permettant de se déclarer pleinement satisfait de son travail.

Ainsi et par ordre d’importance, nous retrouvons les Relations de travail (climat), la Réalisation de soi (dépassement), la Reconnaissance, la Responsabilisation et la Rémunération. 

Importance des cinq facteurs R dans l'appréciation de son travail
 
L’importance des relations de travail ou du climat qui règne au sein de l’organisation est primordiale et ce résultat confirme la justesse de ceux publiés par L’IRB et Jobboom en septembre 2009 alors que le climat de travail arrivait bon premier parmi les 12 valeurs des Québécois face au travail.

Par contre, si les relations de travail sont l’élément le plus souvent mentionné par les répondants au niveau de l’importance dans son travail, c’est la réalisation de soi qui influence le plus fortement le niveau de bonheur des répondants comme en fait foi le graphique suivant.

Influence des cinq facteurs sur le niveau de bonheur exprimé


 La réalisation de soi (dépassement)

Cet élément influence plus fortement le niveau de bonheur parce qu’il est en lien direct avec le sentiment d’accomplissement, 1er des 24 facteurs d’influence du bonheur.

La réalisation de soi apparaît plus importante pour les jeunes de 18-24 ans (31 %), pour les personnes déclarant les plus hauts revenus (26 %) et pour les hommes (25 % vs 16 % pour les femmes), ce qui confirme que la relation qu’entretiennent ces derniers avec leur travail est davantage axée sur des notions reliées à la performance plutôt que sur l’aspect humain. Les prochains articles le démontreront encore plus clairement.

Sans surprise, l’importance de la réalisation de soi croît avec le niveau de scolarité des répondants.

Les relations de travail (climat)

La qualité des relations de travail et du climat qui règne dans une organisation semble si importante qu’il n’y a pas de salut si ce facteur est absent. Un travail, c’est bien plus qu’un salaire que l’on gagne, c’est un milieu où l’on vit. Les dirigeants d’entreprises ne devraient jamais perdre de vue ce principe fondamental.

La qualité de ces relations de travail apparaît nettement plus importante pour les femmes (49 % vs 39 % pour les hommes), ce qui démontre bien les priorités de chacun et la relation différente qu’entretiennent les hommes et les femmes face à leur travail. Il est à noter également que l’importance de ces relations de travail décroît avec le niveau de scolarité des individus, plus celui-ci étant élevé, plus les valeurs reliées au dépassement, aux défis et à la responsabilisation accaparant une plus grande place.

La Reconnaissance

Peut-on aspirer au minimum de bonheur sans la moindre reconnaissance? Impossible. Et la reconnaissance prend souvent sa source dans le travail. Pour certains, leur travail est leur seule source de reconnaissance. Son impact sur le niveau de bonheur est marquant. Et le manque de reconnaissance est souvent le lot des plus démunis.

Pas surprenant de constater que les personnes dont le niveau de bonheur s’est détérioré dans la dernière année accordent une plus grande importance à ce facteur (21 %). Il en va de même avec les personnes affichant les plus faibles revenus (24 %) et les jeunes de 18-24 ans, tandis qu’à l’opposé, les diplômés universitaires de 2e cycle et les personnes affichant des revenus élevés (8%) semblent pouvoir s’en passer plus facilement de cette reconnaissance. . . Sûrement parce qu’ils l’ont déjà.

La Responsabilisation

Certains les fuient, ces responsabilités, mais pour la plupart, ils les souhaitent. Les responsabilités augmentent le niveau de stress, mais le stress est en soi un élément positif et motivant. C’est le déséquilibre, l’abus ou l’exagération qui causent problème.

Un plus grand niveau de responsabilisation influence forcément les quatre autres facteurs de bonheur au travail. Sans surprise, l’importance du facteur responsabilisation croît avec le niveau de scolarité des répondants.

La Rémunération

On en fait tout un plat de la rémunération alors que son importance est relative et son influence sur le niveau de bonheur est discrète. Évidemment, tout le monde aspire d’être correctement rémunéré en fonction du travail réalisé, mais d’autres éléments extérieurs à la rémunération comptent davantage.

Mais attention! Moins les quatre autres facteurs sont présents dans une organisation, plus la rémunération prend de l’importance. En langage clair et cru, cela signifie que « si l’employeur me fait chier, il va me payer ».

La rémunération revêt une plus grande importance chez les hommes, évidemment (12 % vs 7 % pour les femmes) et chez les personnes vivant seules.


Flux RSS des articles les plus récents
Le livre Le Bonheur mis à nu
Bonheur et société, le blogue de Pierre Côté

IRB moyen
de ceux qui se posent des questions sur tout et sur rien et ceux qui ne s'en posent jamais

73,30


79,20